Les ventes de phytos et de glyphosate ont baissé de 35 % en 2019

Les ministères chargés de l’Agriculture et de la Transition écologique ont publié le 30 juin dernier les quantités totales de substances actives* de pesticides vendues en 2019. Et selon les études réalisées, les ventes du glyphosate diminuent de 35%. Celles de l’ensemble des produits phytosanitaires, hors produits de biocontrôle*, diminuent elles de 44 %. Mais ces données qualifiées de « provisoires » par le gouvernement, sont nuancées voire contestées par certains organismes et associations. En cause notamment, l’indicateur utilisé pour les obtenir.

Anne-Laure Barral, journaliste environnement à France Info : « #pesticides #agrigeek. Ce n’est pas le Nodu qui baisse de 30 % en 2 ans mais la QSA. J’avais pourtant demandé hors studio à @dguillaume26 si on parlait bien de cet indicateur : du nombre de doses à l’hectare. Flou = loup. »

Générations futures, association de défense de l’environnement : «Baisse supposée des #pesticides : le ministère de l’Agriculture fait ce jour un coup de com’ sur des chiffres provisoires »

« Entre 2019 et 2018, la baisse des produits phytosanitaires et du glyphosate, c’est – 35 % ». Didier Guillaume, alors ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, a annoncé cette baisse le 26 juin dernier au micro de France Info (1). « Une excellente nouvelle », a-t-il ajouté.

Des résultats « consolidés » d’ici à la fin de l’année

Quatre jours plus tard, le 30 juin au soir, une publication conjointe des ministères de l’Agriculture et de l’Alimentation et de la Transition écologique et solidaire détaille les données annoncées par Didier Guillaume. Selon le gouvernement :

  • Les quantités totales de substances actives* vendues en usages agricoles, hors produits de biocontrôle*, diminuent de 44% entre 2018 et 2019 (-28 078 tonnes), après avoir augmenté de 18% entre 2017 et 2018 (+11 870 tonnes) ;
     
  • Les quantités totales de produits les plus préoccupants vendus (cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques – CMR) diminuent de plus de 50% en 2019 par rapport à 2018 ;
     
  • Les quantités de glyphosate vendues diminuent de 35% (-3 358 tonnes) entre 2018 et 2019 après avoir augmenté de +11% (+ 999 tonnes) entre 2017 et 2018 ;
     
  • La part relative des produits de biocontrôle* continue à augmenter, ce qui illustre une substitution progressive et continue des substances les plus dangereuses par ces produits.

Et la publication de conclure : « ces données provisoires sont issues des déclarations des distributeurs de produits phytopharmaceutiques » réalisées début 2020 et seront « consolidées d’ici la fin de l’année ».

« Un coup de com’ » du gouvernement

Dès le 30 juin, Génération Futures a publié sur son site internet un texte fustigeant la publication du gouvernement (2). Parlant de « coup de com’ sur des chiffres provisoires », cette association de défense de l’environnement dénonce notamment l’indicateur utilisé : « Pourquoi le gouvernement n’utilise-t-il pas l’indicateur de référence du plan [Ecophyto*], qui pourrait donner des chiffres assez différents ? »

Dans la foulée, le 2 juillet 2020, Générations Futures, la Fondation Nicolas Hulot et France Nature Environnement, adressent conjointement une lettre au ministère pour demander de publier les résultats obtenus par l’indicateur de référence du plan Ecophyto*, le Nodu – nombre de doses unité (3). Selon eux, « les chiffres relatifs à la QSA vendue – quantité de substance active – communiqués le 30 juin dernier ne nous permettent donc pas d’évaluer réellement l’évolution structurelle de l’usage des pesticides en général, et du glyphosate en particulier, en France. L’indicateur QSA est un indicateur complémentaire à l’indicateur de référence Nodu. »

Fondation Nicolas Hulot : « Baisse du recours aux #pesticides et au #glyphosate: des chiffres à manier avec précaution tant que l’indicateur de référence du plan #Ecophyto n’est pas communiqué… »

À l’image de la revendication de Générations Futures, celle de Nous Voulons des coquelicots. Contacté par DecodAgri, ce groupe de bénévoles affirme le 30 juin dernier qu’« à ce stade, ces chiffres ne peuvent être commentés avec sérieux ». Ajoutant qu’ils pourront l’être « quand le ministre utilisera l’outil de mesure en vigueur dans son administration, le Nodu, et non celui utilisé par l’UIPP– Union des industries de la protection des plantes. »

QSA et Nodu : quelle différence ?

En cause donc, la QSA – la quantité de substance active – sur laquelle les résultats publiés reposent. Il s’agit d’un indicateur exprimé en kilogrammes de substances actives. Autrement dit, il s’attache à calculer le volume des produits vendus et non les doses utilisées par les agriculteurs dans leurs champs.

En parallèle existe le Nodu – nombre de doses unité (4). C’est l’indicateur de référence prévu par le plan Ecophyto* pour rendre compte de l’usage des produits phytosanitaires sur le terrain. Il correspond à un nombre de traitements appliqués annuellement en moyenne sur l’ensemble des cultures.

« En fait ce sont deux indicateurs différents. La QSA est un indicateur de volume de ventes qui est plus facilement publiable que le Nodu qui est un calcul plus complexe. Le Nodu sera publié, comme chaque année à l’automne », précise le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation contacté par DecodAgri le mercredi 1er juillet dernier.

Et interrogé sur les critiques à l’encontre du gouvernement, le ministère de répondre : « On fait toujours une publication des chiffres QSA en juillet et Nodu en novembre ! Rien de neuf ! »

À retenir : Oui, les ventes des produits phytosanitaires ont baissé de 44 % en 2019 et celles du glyphosate de 35 %, selon des données provisoires. Mais l’association Générations Futures dénonce le fait que ces chiffres sont fondés sur les volumes de produits phytos vendus (QSA) et non sur les doses utilisées par les agriculteurs dans leur champ (Nodu). Les données d’usage de produits phytos, mesurées par le Nodu, seront connues à l’automne.

*Pour rappel : le plan Ecophyto est né du Grenelle de l’environnement de 2018 et vise à réduire les usages de produits phytopharmaceutiques et de sortir du glyphosate. Depuis, deux autres plans Ecophyto II et Ecophyto II+ ont vu le jour pour répondre aux engagements pris par le gouvernement. Désormais, l’objectif est de réduire les usages de produits phytopharmaceutiques de 50% d’ici 2025 et de sortir du glyphosate d’ici fin 2020 pour les principaux usages et au plus tard d’ici 2022 pour l’ensemble des usages.
Définitions
Produits de biocontrôle : agents et produits utilisant des mécanismes naturels dans le cadre de la lutte intégrée contre les ennemis des cultures.

Substance active : substance chimique qui entre dans la composition d’un produit phytosanitaire ou d’un médicament.

Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez que DecodAgri vérifie une information ?

Contactez-nous via l’adresse contact@decodagri.fr ou sur les réseaux sociaux TwitterFacebook et LinkedIn.


(1) https://web.archive.org/web/20200703094044/https://www.dailymotion.com/video/x7uo8fx

(2) https://web.archive.org/save/https://www.generations-futures.fr/actualites/baisse-supposee-des-pesticides/

(3) https://web.archive.org/web/20200706125333/https://www.generations-futures.fr/wp-content/uploads/2020/07/courrier-maa-sur-nodu_vf.pdf

(4) https://web.archive.org/web/20200624225358/https://agriculture.gouv.fr/quest-ce-que-le-nodu