L’agriculture permet de stocker du carbone

Par ses processus bio-chimiques, l’agriculture permet de stocker du carbone dans les sols et ainsi de contribuer à la diminution du réchauffement climatique. Pour autant, l’agriculture émet aussi beaucoup de carbone à travers deux gaz favorisant l’effet de serre : le méthane et le dioxyde de carbone.

FNSEA, syndicat agricole : « Journée #Agriculture et #Climat : Présentation d’une convention signée entre La Poste et Initiative Carbocage permettant de valoriser le stockage du #carbone par les haies et le bocage implantés par les #agris à travers l’achat et la vente de crédits carbone. »

Les Jeunes agriculteurs, syndicat agricole : « Le stockage de carbone, un levier pour lutter contre le dérèglement climatique A l’occasion du #OnePlanetSummit, retrouvez notre article consacré au rôle de l’agriculture dans la transition écologique, en particulier grâce à la séquestration du carbone. »

Le carbone est un atome, désigné par le sigle C, présent dans les êtres vivants, le sol, l’atmosphère, la terre, les océans. Le carbone est une brique des êtres vivants comme d’autres atomes, par exemple l’hydrogène ou l’oxygène qui se retrouvent aussi dans l’eau (H2O). Il est présent dans les roches et même dans l’air, lorsque les hommes rejettent du dioxyde de carbone (CO2) par exemple.

A l’image du cycle de l’eau, le carbone a son cycle [1]. Pour bien comprendre comment l’agriculture peut stocker du carbone, il faut comprendre ce cycle.

Le cycle du carbone, une molécule présente partout. ©Scottish center for carbon storage

Ainsi, les plantes absorbent le dioxyde de carbone, que rejettent les humains ou les usines quand elles brûlent des matériaux. Elles l’utilisent, via la photosynthèse* à créer leurs feuilles, leur tronc, leurs racines. Le carbone est présent dans les roches mais aussi dans les organismes du sol : taupes, vers de terre, bactéries, feuilles mortes, etc. En mourant, ces derniers se décomposent et redeviennent de petites particules disponibles pour les plantes. Et le cycle continue.

Plus le carbone est stocké dans un être vivant, dans une plante ou dans le sol, et moins il est présent dans l’atmosphère sous forme de gaz. Or le carbone est présent dans deux types de gaz à effets de serre (GES) : le méthane (CH4) et le dioxyde de carbone (CO2).

Le carbone, une brique élémentaire de la nature

Plus l’être vivant vit longtemps, un arbre par exemple, et moins le carbone est sous forme de GES. Avec le changement climatique, l’homme cherche à réduire au maximum la présence de ces GES pour ralentir l’effet de serre lié au développement des activités humaines [2].

En effet, ces dernières produisent beaucoup de GES. Les bâtiments, les transports et l’agriculture [3] sont de très forts producteurs de gaz à effets de serre, dont le CO2 et le CH4.

Déjà en 2014, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) alertait sur la situation : « Les émissions de l’agriculture et de l’élevage sont passées de 4,7 milliards de tonnes d’équivalent CO2 en 2001 à plus de 5,3 milliards de tonnes en 2011, soit une hausse de 14 pour cent, traduisant essentiellement une expansion des productions agricoles totales dans les pays en développement. » [4]

Les gaz à effet de serre produits par l’agriculture viennent avant tout, selon la FAO [5] et d’autres études [6], de la fermentation dans le ventre des ruminants (vaches, moutons, etc), de l’épandage d’engrais minéral, des cultures sur abattis-brulis, du retournement des sols, etc. Ils sont comptabilisés en équivalent CO2, ce qui permet d’intégrer d’autres gaz à effet de serre comme le protoxyde d’azote (NO3), également produit par l’agriculture.

Origine de la production des gaz à effet de serre en agriculture au niveau mondial. ©FAO

DecodAgri a d’ailleurs déjà évoqué cette thématique en mars 2020 en traitant de la question de l’émission de gaz à effet de serre par l’élevage [7].

Alors comment se peut-il que l’agriculture émettrice de gaz à effet de serre, et donc de carbone, puisse aussi en stocker, comme l’évoquent certains centres de recherche ou les syndicats agricoles ? Tout simplement en gardant le carbone bloqué dans les sols et les plantes.

L’agriculture, un secteur émetteur et stockeur de carbone. ©ministère de l’Agriculture

Diverses pratiques agricoles pour stocker du carbone

Pour ce faire, l’Institut de recherche en agronomie (Inrae), proposait, dès 2014, « quatre actions » [8] pour stocker le carbone dans le sol : « la réduction du travail du sol, l’implantation de davantage de couverts végétaux dans les systèmes de culture, le développement de l’agroforesterie et des haies et l’optimisation de la gestion des prairies »

Inrae, Institut national de la recherche agronomique : « L’initiative #4pour1000 vise à [augmenter la] teneur en matière organique & stockage de #carbone dans les #sols, par pratiques agricoles & forestières »

  • Diminuer le labour permet de ne pas relâcher dans l’atmosphère du carbone sous forme de GES. En effet, le sol n’est pas brassé avec un retournement des couches profondes. Ce retournement entraine des mécanismes biologiques qui provoquent un dégagement de ces gaz.
  • Implanter des plantes (couverts végétaux) entre deux cultures pour ne pas laisser le sol à nu, les broyer et les laisser se dégrader dans le sol assure un captage du CO2 de l’air, via la photosynthèse, et, par la suite, un blocage du carbone de ce gaz dans le sol.
  • L’agroforesterie [9] est une pratique ancienne, encore présente dans les pays en voie de développement, qui associe arbres, cultures et animaux sur une même parcelle. Les arbres piègent le carbone pour grandir. Et les haies [10] permettent aussi de stocker durablement du carbone. Dans certaines régions, le remembrement qui avait pour but de faciliter le travail des agriculteurs, a fait disparaître ces haies [11], d’où l’importance d’en replanter et de les entretenir aujourd’hui.
  • Les prairies sont parfois labourées [12] pour resemer des plantes plus productives (ray-gras, trèfles, etc). L’idée est alors, lorsque cela est possible, de faire du semis direct, sans retourner le sol.
  • D’autres petites astuces peuvent jouer en faveur du stockage de carbone par l’agriculture comme le fait de déchiqueter le bois dans les champs pour en faire des plaquettes plutôt que de le brûler, etc.

Des agriculteurs qui s’engagent petit à petit

En 2015, Stéphane Le Foll, alors ministre de l’Agriculture, a lancé l’initiative « 4 pour 1000 » [13], lors de la Cop 21. Cette initiative « invite tous les partenaires à faire connaître ou mettre en place les actions concrètes sur le stockage du carbone dans les sols et le type de pratiques pour y parvenir (agro-écologie, agroforesterie, agriculture de conservation, de gestion des paysages…) »

Par la suite, en élevage comme en grandes cultures, les instituts techniques agricoles, comme Terre-Inovia [14] ou la Fédération nationale de l’agriculture biologique [15], se sont intéressés de près à la question de l’amélioration du stockage de carbone par l’agriculture. Des projets comme la Ferme laitière bas carbone [16] ou Beef carbone [17] ont ainsi vu le jour.

Mais, malgré toutes ces initiatives, le Haut conseil pour le climat a publié en 2020, un rapport qui dénonce, entre autres, le fait que « l’agriculture n’est pas structurellement engagée vers la trajectoire bas-carbone » [18] . Il prévient : « le secteur doit se préparer aux évolutions souhaitables de la Politique agricole commune (Pac) favorables au climat et à la biodiversité » dont fait partie « la valorisation du stockage de carbone dans les sols ». Pour rappel, la Pac est une politique agricole européenne qui définit, tous les cinq ans, les grands enjeux agricoles de demain, avec des aides financières auprès des agriculteurs.

À retenir : Oui, l’agriculture peut stocker du carbone à travers certaines pratiques comme le non labour, l’implantation de haies, etc. Pour autant, l’agriculture, par ces processus de production, est également une grande productrice de carbone via deux gaz à effet de serre que sont le dioxyde de carbone et le méthane. Elle fait donc évoluer ses pratiques pour amplifier le stockage du carbone.

*Définition
Photosynthèse : processus par lequel les plantes vertes synthétisent des matières organiques grâce à l’énergie lumineuse, en absorbant le gaz carbonique de l’air et en rejetant l’oxygène

Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez que DecodAgri vérifie une information ?

Contactez-nous via l’adresse contact@decodagri.fr ou sur les réseaux sociaux TwitterFacebook et LinkedIn


[1] https://web.archive.org/web/20200922145901if_/https://www.alloprof.qc.ca/fr/eleves/bv/sciences/le-cycle-du-carbone-s1335

[2] https://web.archive.org/web/20210128145446/https://www.gis-relance-agronomique.fr/Journees-CASDAR/Journee-Casdar-2021/Casdar-2021-les-presentations

[3] https://web.archive.org/web/20201203020018/https://www.ecologie.gouv.fr/inventaire-demissions-gaz-effet-serre

[4] https://web.archive.org/web/20200924023516/www.fao.org/news/story/fr/item/216994/icode/

[5] https://web.archive.org/web/20201112022441/www.fao.org/3/i3671e/i3671e.pdf

[6] https://web.archive.org/web/20201207224155/https://cbmjournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s13021-017-0084-y

[7] https://web.archive.org/web/20201129043021/https://www.decodagri.fr/lelevage-emet-plus-de-gaz-a-effet-de-serre-que-le-transport/

[8] https://web.archive.org/web/20201107202809/https://www6.inrae.fr/ciag/content/download/5353/41503/file/Vol37-3-Chenu.pdf

[9] https://web.archive.org/web/20201202130033/https://www.agroforesterie.fr/definition-agroforesterie.php

[10] https://web.archive.org/web/20201129022120/https://labelhaie.fr/

[11] https://web.archive.org/web/20210128145446/https://www.gis-relance-agronomique.fr/Journees-CASDAR/Journee-Casdar-2021/Casdar-2021-les-presentations

[12] https://web.archive.org/web/20180824070253/www.prairies-gnis.org/pages/programmes1.htm

[13] https://web.archive.org/web/20201212151859/www.4p1000.org/fr

[14] https://web.archive.org/web/20210104190130/https://www.terresinovia.fr/-/stockage-de-carbone-dans-les-sols-de-grandes-cultures-la-solution

[15] https://web.archive.org/web/20201022083017/www.produire-bio.fr/wp-content/uploads/2018/01/Recueil-pratiques-favorables-au-climat-FNAB-web-def.pdf

[16] https://web.archive.org/web/20201124172249/https://www.ferme-laitiere-bas-carbone.fr/

[17] https://web.archive.org/web/20201203203120/https://france-carbon-agri.fr/

[18] https://web.archive.org/web/20201210153624/https://www.hautconseilclimat.fr/wp-content/uploads/2020/07/hcc_rapport_annuel-2020.pdf