Les agriculteurs français n’achètent que des tracteurs étrangers

« Achetez Français ! » La reprise de ce slogan est souvent observée quel que soit le secteur d’activité. Les agriculteurs n’échappent pas à l’injonction car l’origine de leurs tracteurs fait encore l’objet de raccourcis trompeurs sur les réseaux sociaux. Il est bien sûr tentant d’attribuer telle ou telle nationalité à une marque d’engin agricole donnée, en considérant exclusivement le lieu d’implantation du siège social du groupe propriétaire de cette marque. Pourtant, la réalité n’est pas si simple.

André Lefort : « Pourquoi n’y a-t-il plus de tracteurs Renault et de matériels agricoles français en France ? Parce que les paysans ont fait durant des années le contraire de ce qu’ils préconisent aujourd’hui aux consommateurs français, ils ont acheté « étranger » !! #SauveTonPaysan »

Emmanuel Drouin, référent Parti de gauche radical du Maine-et-Loire, enseignant en économie à l’ESA d’Angers: « Pour quelles raisons les agriculteurs français achètent des tracteurs étrangers. Pourquoi y-a-t-il si peu de tracteurs français ? Tout n’est pas parfait dans le tracteur français mais la qualité française, ce n’est pas rien. »

Depuis le rachat de Renault Agriculture par Claas en 2003, la France ne compte certes plus de groupe français détenant une usine de tracteurs agricoles sur son sol. En revanche, l’internationalisation progressive des entreprises a conduit plusieurs groupes d’autres nationalités à produire aujourd’hui des tracteurs sur le sol français. Ces modèles made in France voient ainsi le jour avec le concours et le savoir-faire d’une main d’œuvre française.

D’après un rapport de l’Axema (1) – Union des industriels de l’agroéquipement – publié en 2019, la France occupe ainsi le deuxième rang européen en matière de production de tracteurs agricoles, pour une valeur de 1,398 Mds€ en 2017. Si les capitaux nécessaires aux investissements de création ou de modernisation de ces outils industriels français proviennent bien de groupes internationaux, les exportations qu’ils génèrent sont comptabilisées dans les exportations françaises, à la faveur de notre balance commerciale.

Il serait en outre de mauvaise foi de ne pas prendre en considération les effets positifs de ces activités implantées en France sur l’économie et la population locales. La collectivité locale, les salariés et leur famille mais également les sous-traitants et fournisseurs de biens ou de services en rapport avec cette activité, en tirent un bénéfice indéniable.

18% des tracteurs made in France

En rapprochant des informations de production fournies par les constructeurs assemblant des tracteurs en France avec le nombre d’unités standard immatriculées annuellement, il ressort que près de 5 000 tracteurs immatriculés en France, soit 18 % environ du volume du marché hexagonal, sont produits dans notre pays. Mais quels sont donc les fournisseurs de tracteurs concernés ?

Parmi les sites industriels les plus emblématiques de ce secteur d’activité figure celui des usines Massey Ferguson et Gima (2) – Groupement international de mécanique agricole – de Beauvais, dans l’Oise. Il s’étend sur 25 hectares (ha) dont 10 couverts. Depuis sa mise en service en 1960, pas moins de 890 000 tracteurs sont sortis des lignes de production. Actuellement, des modèles de 95 à 400 ch sont fabriqués sur place. Près de 2 500 personnes travaillent aujourd’hui pour le premier employeur privé du département de l’Oise. La moitié environ du site accueille l’usine du Gima, une coentreprise issue d’une association entre les groupes Agco, propriétaire de la marque Massey Ferguson, et Claas. Cette unité de production-là est dédiée à la fabrication de transmissions robotisées pour équiper les tracteurs des deux groupes. Le Gima a produit plus de 400 000 transmissions depuis sa création en 1994.

L’usine Claas Tractor du Mans, dans la Sarthe, est un autre site de production majeur de tracteurs agricoles en France. Depuis le rachat de Renault Agriculture par le groupe familial allemand Claas, environ 160 000 unités ont vu le jour sur ce site industriel employant 750 salariés. Pour y parvenir, le constructeur a investi plus de 50 M€ en infrastructures. Les modèles sont d’ailleurs conçus principalement sur le site français de Claas Tractor à Vélizy-Villacoublay, dans les Yvelines, où travaillent 275 autres collaborateurs. Chaque année, environ 10 000 tracteurs de 90 à 445 ch sortent des chaînes de montage du Mans. Les trois quarts de cette production made in France sont écoulés à l’export. Mais le quart restant se destine au marché français et représente pas moins de 75 % des tracteurs standard Claas immatriculés en France.

Le Japonais Kubota produit depuis 2015 des tracteurs de 120 à 170 ch dans son usine de Biernes, dans le Nord, près de Dunkerque. À la mi-2019, plus de 5 000 tracteurs en étaient déjà sortis (3) depuis son inauguration. Cette unité, dimensionnée pour produire 3 000 tracteurs par an, a généré l’an passé environ 1 800 unités, dont 400 environ (22 %) pour le marché français. L’arrivée en 2023 d’un moteur à 6 cylindres (4) tant attendu est de bon augure pour dynamiser les ventes du constructeur nippon. Kubota a par ailleurs investi 55 M€ dans son nouveau centre R&D de Crépy-en-Valois, dans l’Oise, dont l’ouverture est prévue au second semestre 2020. Une centaine de personnes devraient se consacrer à la conception des tracteurs, en collaboration avec les équipes R&D du groupe Kubota au Japon.

L’initiative menée par le Chinois Sinomach pour développer la marque de tracteurs Mancel dans l’usine Yto de Saint-Dizier, en Haute-Marne a, elle, été abandonnée (5). Le groupe industriel avait pourtant présenté une gamme de tracteurs en février 2019 à Paris-Nord Villepinte, lors du dernier Sima – Salon international des solutions et technologies pour une agriculture performante et durable.

À noter également, la présence sur le sol français d’autres sites de production ne fabriquant pas de tracteurs mais des moteurs animant les machines agricoles. Par exemple, l’usine John Deere de Saran (6), produit des moteurs pour les secteurs de l’agriculture, de la construction, de l’énergie, de la manutention, de l’industrie ou encore de la marine. Située à Fleury-les-Aubrais, dans le Loiret, elle emploie 800 personnes.

Autre exemple : l’usine Fiat Power Train de Bourbon-Lancy, en Saône-et-Loire, premier employeur privé de ce département, dont les 1 300 salariés fabriquent notamment des moteurs livrés aux tractoristes du groupe CNH, New Holland et Case IH.

A retenir : Il est trompeur de conclure qu’un tracteur n’est pas français dès lors qu’il est estampillé d’un logo étranger. Car nombreuses sont les entreprises installées sur le territoire bénéficient d’une main-d’œuvre française. Les agriculteurs en quête d’un tracteur neuf et ayant à cœur de soutenir l’économie nationale peuvent donc choisir un modèle produit par l’une des usines implantées dans l’Hexagone, ou à défaut équipé d’un moteur ou de pneumatiques manufacturés en France.


Les usines de tracteurs impactées par le Covid-19
À l’image de nombreuses structures industrielles françaises, les sites de production de tracteurs implantés en France ont dû temporairement réduire voire suspendre leur activité en raison de la pandémie du Covid-19. Les constructeurs ont néanmoins maintenu le service après-vente et l’activité de leurs centres logistiques pour répondre aux besoins du réseau des concessionnaires et des agriculteurs.

Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez que DecodAgri vérifie une information ?

Contactez-nous via l’adresse contact@decodagri.fr ou sur les réseaux sociaux TwitterFacebook et LinkedIn.


(1) https://web.archive.org/web/20200424083955/http://www.axema.fr/AProposAxema/Documents/Rapport%20%C3%A9conomique%202018_VERSION%20FINALE_BD.pdf

(2) https://web.archive.org/web/20200424084241/https://www.materielagricole.info/industrie/article/728422/massey-ferguson-fabrique-jusqua-102-tracteurs-par-an

(3) https://web.archive.org/web/20190530171650/https://www.terre-net.fr/materiel-agricole/tracteur-quad/article/kubota-deja-5000-tracteurs-produits-en-france-207-148102.html

(4) https://web.archive.org/web/20200424084513/https://www.materielagricole.info/industrie/article/728449/un-six-cylindres-de-300-chevaux-chez-kubota

(5) https://web.archive.org/web/20191204120441/http://www.lafranceagricole.fr/actualites/tracteur-mancel-fini-avant-davoir-commence-1,11,8983483.html

(6) https://web.archive.org/web/20170621022624/http://www.terre-net.fr/materiel-agricole/tracteur-quad/article/john-deere-power-system-le-made-in-france-de-l-americain-207-116939.html